zaterdag, oktober 22, 2005

Vers Brussel wijk Montgomery





















“Vers Brussel – Poëzie in de stad’’ geeft een poëzie-injectie aan Brussel. Elk jaar worden vier internationale dichters uitgenodigd om Brussel te bezoeken. Ze verkennen, samen met vier Belgische kunstenaars, vier wijken van de stad. De dichters laten zich inspireren en schrijven hun Brusselse gedicht, de kunstenaars nemen het gedicht als uitgangspunt om kunstwerken te maken.
Van 14 februari tot 12 maart ’06 zorgen de vier kunstenaars in elke wijk voor poëtische verrassingen, samen met de studenten grafische kunst van de Brusselse École de recherche Graphique. Op zondag 12 maart is het Vers Brussel Festival, een feest met schrijvers, acteurs en bekende Belgen. Alle activiteiten zijn gratis. Laat u dus verrassen!
Meer info?
www.versbrussel.be of 02 226 04 56


"Vers Bruxelles – Poésie dans la ville" injectera une dose salutaire de poésie dans la ville. Chaque année, quatre poètes internationaux seront invités à visiter Bruxelles. Ils exploreront quatre quartiers en compagnie de quatre artistes belges. Les poètes se laisseront inspirer par leurs promenades et écriront un texte sur Bruxelles. Les artistes se baseront sur ce poème pour réaliser des œuvres d’art.
Du 14 février au 12 mars 2006, les quatre artistes vous surprendront de façon poétique dans chacun de ces quartiers. Ils sont assistés par une trentaine d’étudiants de l'École bruxelloise de recherche graphique (l'ERG). Le Festival Vers Bruxelles aura lieu le dimanche 12 mars 2006. Une fête littéraire avec des poètes, des écrivains, des artistes, des comédiens et des musiciens belges. Toutes les activités sont gratuites. Laissez vous émerveiller !
Plus d’info?
www.versbruxelles.be ou 02 226 04 56





City rush stills

Beeldend kunstenaar Peter Weidenbaum heeft voor het project, “Vers Brussel” Poëzie in de Stad, samengewerkt met de dichteres Agnieszka Kuciak. Samen kregen zij de opdracht een poëtische injectie te geven aan de Brusselse wijk Montgomery.
Onder de titel ‘Passing by’ ontwikkelt Peter Weidenbaum een poëtische beeldspraak die eigen is aan zijn artistieke schriftuur. Hij omschrijft zijn interventie als een infiltratie in de wijk waarbij zijn persoonlijke aanwezigheid van voorbijgaande aard is.
Weidenbaum hanteert een digitale camera als derde oog en archiveert hiermee beelden van het stedelijke weefsel. Met behulp van zijn digitale draad van Ariadne baant hij zich een weg doorheen het stedelijke labyrint van hoofdwegen, zijwegen, lanen, banen, pleinen, metrolijnen, tramlijnen, buslijnen, tunnels, … die het stadslandschap klieven tot een architecturale lappendeken van burgerlijke herenhuizen, kerken, universiteiten, appartementsgebouwen, enz.


Weidenbaum gebruikt deze beelden als stills van de voorbijrazende mobiele wereld. Ankerpunten om niet helemaal opgezogen te worden in de kolk van vluchtigheid.
De drang om als kunstenaar de geobserveerde gejaagdheid een vorm te geven, vertaald zich in zijn atelier met het schilderen van opeenvolgende tijdsfragmenten. Alsof er tussen twee schilderijen even de tijd was gelaten om te ademen, uit te blazen. Een ware zoektocht naar ritmische contemplatie van beweging. De overvloedige stedelijke impulsen krijgen een vaste vorm doorheen de verscheidenheid aan kleurschakeringen, als gelijkaardige sporen nagelaten op zich met tijdsinterval volgende canvassen.


Weidenbaum kan zich niet weerhouden om zijn kunstwerken te gebruiken in confrontatie met de individualisering, het isolement en het gebrek aan communicatie en ontmoetingen eigen aan de stadswijk ‘Montgomery’. Hij ontwerpt een wandelparcour waarop zijn herkenbare stadstaferelen, als versneden filmische tijdsfragmenten, zich manifesteren door hun herhaling. Geen herhaling van hetzelfde beeld, maar van zich herhalende momenten. Dit fenomeen van repetitiviteit, versterkt door de verrassende plaatsen waar de schilderijen worden getoond dwingt de voorbijganger om stil te staan bij zijn omgeving.
Weidenbaum gaat nog een stap verder. Hij publiceert een krantje waarin één van zijn vierluiken te zien is in combinatie met een gedicht van Agnieszka Kuciak en verschillende interviews met wijkbewoners. Hierdoor nemen bijna alle inwoners van Montgomery deel aan het kunstwerk. Door de versmelting van taal en beeld worden ze toeschouwers van zijn interventie.
Deze congruentie van tekensystemen wordt gefinaliseerd in een sculptuur op het Montgomeryplein. De multidisciplinaire aanpak van Peter Weidenbaum verleent hem de mogelijkheid om zijn tijdelijke interventie te vatten in één beeld. Hij ontwerpt een zeer hoge inoxen redderstoel gebeiteld in een betonnen vlak waar men het gedicht van Kuciak op kan lezen. Als een symbolische daad waarbij hij zijn plaats als observator verlaat en de toevallige voorbijganger uitnodigt om de stad vanuit een vogelperspectief te aanschouwen, er bij stil te staan, er afstand van te nemen. Een moment van rust te integreren.

Sven Vanderstichelen






Zondag 29/01, vroege namiddag

Montgomery

Ik kom uit de metro, enkele auto’s draaien langzaam rond het rondpunt. Op de stoep, waar ik in de volle zon sta, niemand, behalve één jonge gast. Gehaast.

Je l’aborde. ‘Bonjour, excusez-moi, je ne suis pas du quartier, je cherche un épicier...’
Il m’interrompt dans un français haché, mais sans aucune faute : ‘Ah, je suis désolé, mais je ne parle pas français.’
- ‘Do you speak English ?’
- ‘Yes, of course.’

Je lui explique brièvement mes intentions. Il est d’accord de m’expliquer pourquoi il est à Montgomery, mais soyons brefs, s’il vous plaît, il fait froid. Et il est pressé.

I’m 21, I’m from Italy and I’m a stagiaire here for 4 months. I arrived on Monday. What else?

Why did you come here, in Montgomery, not in the centre, not in Madou, for example?

To search for a house because I couldn’t find anything in Franklinstreet, nor in Schuman, nor in Madou. So, I’m trying around here, in the neighbourhood. I am going to work for a company working with the European Commission, it is located in Diamant. A quarter of an hour from here, walking.

You don’t want to look in the centre of Brussels, or in other places?

No, not in the centre because the houses are old and because it is really far away from my workplace. I don’t want a new building, no, but I do want accommodation with some facilities like internet, chauffage individuel, and so on… You do understand?

Yes, I do.

Goodbye.

Thank you, goodbye and good luck!

Ik kijk hem achterna, hij loopt al weg met vlugge stappen.
Uit dezelfde richting komt een oude dame, zij stapt heel traag. Met één hand houdt ze haar dikke sjaal vast tegen haar rechteroor.

Ik vraag haar of zij hier woont. Ja, daar, aan de overkant. Ondertussen leer ik dat ik op de Sint-Michielslaan sta.

Est-ce que vous connaissez un épicier, avec une bâche orange, son magasin est sur un coin?

Ah oui, ce doit être les Arabes là, la deuxième rue à droite, ici un peu plus loin.

Ah bien, je suis venue dans ce quartier pour interviewer des habitants, est-ce que je peux vous poser quelques questions ?

Oui, bien sûr, mais il fait froid, alors venez avec moi, j’habite juste là, nous ferons cela dans le hall de l’immeuble.

Nous traversons le boulevard, nous entrons dans l’immeuble. Juste devant nous, un homme entre aussi, la dame attend qu’il ait fermé la porte derrière lui avant de commencer. Elle parle d’une voix claire, lentement, en réfléchissant à ce qu’elle veut me dire.

Je vais dire que je suis ici depuis 1985 donc, ça fait 20 ans à peu près, 21 ans oui. J’aimais bien le quartier parce qu’il est huppé et que nous avons été élevés en bourgeois, on aime d’être dans un beau quartier. Avec toutes les agressions etc., ici, on est quand même un peu, un peu!, à l’abri. Je venais de Wezembeek. Là, j’avais une maison où les enfants ont grandi et se sont bien faits, se sont bien amusés. Mais alors, dès le troisième âge, je suis arrivée ici. J’ai un appartement tout au-dessus et je domine tout Montgomery et le boulevard Saint-Michel.
Mais mes charges sont très fortes, parce que maintenant toute la Commission européenne habite ici. Il n’y a presque que des ambassades, la Commission européenne, alors on grève les charges puisque ce ne sont pas les gens qui payent … les factures sont faramineuses.

Et le paysage de votre quartier ?

Ah mais c’est très joli, parce qu’ils nous ont recouvert un petit morceau des tunnels avec de beaux jardins. Ils l’ont fait pour les 100 ans de l’avenue de Tervuren et le roi et la reine venaient. Vous savez qu’on nous le promettait depuis 80 et on l’a eu vers 96, 97. Ce sera une plus-value pour nos appartements. Le bruit de la circulation est amorti et de plus, les étudiants du Collège Saint-Michel peuvent étudier et se promener là, il y a des bancs. Ils voulaient faire de petits Champs-Elysées. Peu de maisons en bénéficient, c’est vrai, mais c’est déjà pas mal. En tout cas, je m’y amuse vraiment bien. J’aime beaucoup mon appartement, la résidence. Mais je vous le dis, nos frais nous retiennent et ça, ça ne va pas. Evidemment les employés de la Commission ou des ambassades partent le matin et reviennent tard le soir, ce ne sont pas eux qui payent. A part ça, moi je suis bien, parce que je dépends des trams. J’en ai 4 ici tout près, vraiment à la porte. Pour aller vers la rue des Tongres où j’ai tous les magasins ou pour aller avenue Georges-Henri, où j’ai aussi tous les magasins. En 2 ou 3 arrêts, j’y suis, et comme à notre âge, les bus et les trams sont gratuits, c’est vraiment parfait. Je n’ai jamais regretté une voiture depuis que mon époux n’est plus là.

Nous nous disons au revoir. Gentiment, elle m’indique le chemin pour aller chez l’épicier.

Je traverse les jardins qui couvrent les tunnels, en face de moi, la rue des Bollandistes, 100m plus loin, au coin, la bâche orange de l’épicier.

L’épicier est en train de décharger sa marchandise et ne peut pas me répondre tout de suite Je réexplique le projet avant d’allumer l’enregistreur et tout de suite, il se lance.

Quand je suis arrivé ici, j’habitais à Etterbeek. J’ai toujours habité Etterbeek. Et ce magasin ici, c’était à mon beau-frère. Et pendant 3 ou 4 ans, j’ai été au marché avec lui et j’ai appris un peu le commerce. Et le jour où il a voulu le vendre, j’ai dit : Bon, je le prends. Et j’ai commencé le magasin. En plus, j’avais de bons propriétaires. Nous les aidions, ils nous aidaient. Le jour où le monsieur est décédé, on a aidé sa femme vraiment jusqu’au bout. Puis, j’ai acheté la maison et on est restés ici. Mes enfants ont été à l’école ici à Saint-Michel, les 4 enfants. J’aime bien le quartier parce que c’est calme, il n’y a pas beaucoup de va-et-vient. Disons, c’est rare qu’on entende qu’il y a des casses. Les gens sont bien, il y a beaucoup d’étrangers. Ceux qui travaillent à la Communauté européenne. Ils sont éduqués, ils ont étudié, ils sont intelligents. Et ils sont chaleureux. Le quartier Bollandistes est bien. Vous savez, tout ce qui se passe dans le quartier, on le sait, disons de bouche à oreille. Et on s’aide. Si quelqu’un a besoin de quelque chose, on lui donne un coup de main. Si quelqu’un tombe en panne, on pousse sa voiture. C’est un vrai quartier, vraiment et je ne voudrais pas le changer. En plus, il y a les métros. Et beaucoup de gens qui ont vécu en Afrique : ils sont chaleureux aussi. C’est un quartier international ici. Allez trouver le père Roberti, il s’occupe des handicapés et des pères âgés à Saint-Michel, allez lui poser vos questions. Vous verrez comme ce quartier est bien.

Pendant que le monsieur parlait, sa femme servait un autre client, qui toussait très fort, alors elle lui recommande du thé au miel. Du coup, le client en profite pour acheter un pot de miel. Lui et moi sortons en même temps, comme il m’avait vue enregistrer l’épicier, je lui parle du projet et lui demande s’il accepte, lui aussi, de parler de son quartier. Avec plaisir, malgré le froid.

Donc moi j’ai 41 ans, je suis de l’île Maurice, je travaille à l’ambassade de l’île Maurice, juste au coin, devant l’église Saint-Michel. Je suis arrivé depuis 2 ans et demi, j’habite l’avenue de Tervuren, je prends toujours le métro à Montgomery. Et ici, c’est vraiment très sympa parce qu’on trouve de tout : l’épicerie, le métro et tout juste après, le supermarché et la banque, les gens sont gentils. Il y a beaucoup de choses très sympas : un bon restaurant juste à côté, des traiteurs et des petits restos, on peut manger facilement et assez bon marché. Et on a plein d’ambassades sur le boulevard Saint-Michel. D’en haut, vous avez le Chili, l’île Maurice et un peu plus bas le Mozambique et là il y a je pense la British International School, et pour les diplomates comme nous, avec des enfants, c’est facile. Comme quartier, c’est très sympa, on a toujours l’aide qu’il faut avec la police de Montgomery, ils sont très présents. On n’a jamais eu à se plaindre ici. Ni des gens, ni du quartier. On n’a jamais constaté de dommages à notre propriété. C’est tranquille. Je travaille souvent tard, 20 h, 21 h, 22h, je rentre à pied, tranquillement. En plus, les rues sont très correctes, très bien entretenues. Il n’y a pas de bâtiments pénibles à voir. Dernièrement, ils ont creusé un peu partout pour poser des lignes téléphoniques je crois, mais à part ça ; rien à dire. Si vous prenez le cadran de Montgomery, Mérode jusqu’à Thieffry, où il y a le GB, je dirais que c’est un quartier très tranquille, très … en anglais on appelle ça cosy. Pas trop de circulation, jamais de bruit le soir. Il y a eu des manifestations ici qui se sont très bien déroulées. Il y a aussi l’ambassade du Maroc et la police prend toujours de très bonnes dispositions. Mais c’est très bien ici, on a les moyens de transports, même une église juste devant, et les écoles, comme le Collège Saint-Michel. On n’a jamais eu de problèmes avec les étudiants, il n’y a jamais de désordre. Je ne connais pas trop mes voisins. Peut-être à cause du boulot, je commence très tôt et je finis tard. Mais une chose est sûre, les gens sont très gentils. On se croise et après une ou deux fois, on se connaît de vue et on échange toujours un bonjour, un signe de la tête et un petit sourire. Ça va, on n’en demande pas plus.


Maandag 30/01/06

Vandaag was mijn eerste ontmoeting op voorhand geregeld. Een kennis uit Griekenland heeft een Griekse collega die in Montgomery woont. Hij heeft gisteren gebeld om een afspraak voor mij te maken. Deze keer kom ik naar Montgomery, op zoek naar een bepaald adres en een bepaalde persoon. Na drie keer vragen op straat, vind ik het huis. Haar naam staat op de bel : Christina.

Je suis arrivée de Grèce en septembre, je ne connaissais personne ici. Je suis ici pour 5 ans, comme professeur de grec. Je me suis mise à chercher sans plan bien précis. A Athènes, j’habitais dans un quartier très bruyant, très central. En arrivant ici, je savais que je voulais autre chose. Je ne voulais pas un bâtiment moderne parce qu’ici, il y a beaucoup de maisons avec un caractère traditionnel. Je voulais éviter le centre. C’est pour ça que j’ai choisi Montgomery, ce quartier n’est pas très central, mais avec les métros, on est très vite dans le centre. La toute première fois que je suis arrivée ici, je suis sortie du métro et j’ai vu la place avec la fontaine, c’était très joli. On était en septembre, fin de l’été. A partir de là, j’ai consulté les annonces dans les journaux, et j’ai trouvé cet appartement-ci. Il m’a plu. J’en avais vu beaucoup dont les conditions étaient mauvaises, très petits ou très sales. Celui-ci était plein de lumière. La vue par la fenêtre était très jolie. L’intérieur aussi. Je suis très contente de l’avoir trouvé, c’est un bon rapport qualité-prix. Ensuite, quand j’ai commencé à faire connaissance avec le quartier, j’ai réalisé qu’il était très joli. Avec beaucoup d’arbres, avec beaucoup de possibilités de promenades. Je crois donc qu’au début, c’était le hasard. Je n’avais pas décidé de m’installer à Montgomery. Non. Je ne connaissais même pas ce quartier. Quand on arrive à Bruxelles, comme moi, on n’a aucune information avant. C’est vrai, au début, j’ai hésité parce que tous ceux que je connais se sont installés vers le centre, vers l’avenue Louise, etc. Je me disais aussi que ça convenait peut-être mieux : tout était à portée de main. Mais au bout du compte, j’étais attirée par une autre ambiance, je voulais m’éloigner un peu du trafic, du bruit. Je suis seule ici, isolée de ma communauté. Mais ça va. En plus, j’ai découvert que l’épicier et les gens du quartier sont très gentils. Si j’ai un problème, je peux demander de l’aide. C’est important. Dans le centre, je crois que les gens sont plus isolés. Et c’est propre, il y a une allure différente. Le comportement des gens est différent. Je les trouve plus ouverts qu’au centre. Par exemple, je connais la famille qui habite à côté. L’atmosphère est très amicale. Jusqu’ici, en tout cas, je suis très contente de vivre ici. Bon, c’est vrai, le climat est un peu différent du climat en Grèce, mais je crois qu’on s’y habitue, avec le temps.

Je la remercie de m’avoir accueillie chez elle et je pars. Je retourne vers le rond-point, mon point de départ pour m’orienter dans le quartier. Je retrouve la bouche de métro et je remarque de nombreux jeunes. Je regarde les bâtiments, je suis devant l’ICHEC. Un jeune, parmi tous les étudiants pressés par les cours, accepte de m’accorder deux petites minutes.

Moi je viens ici juste pour l’école. Sinon, point de vue mobilité avec les voitures, ce n’est pas facile de se garer. Mais le quartier est bien.

Est-ce que tu habiterais ici ?

Non. Non, trop de circulation, trop de voitures !

Il s’est déjà engouffré dans l’école. Me revoilà seule. C’est alors que je constate que le rond-point est aussi un point d’arrêt pour des trams : deux trams stationnent non loin de là. Dans le premier, le chauffeur lit le journal. Il n’a pas l’air sur le point de démarrer. Je frappe à la porte. Il m’ouvre. Je monte.

Bonjour, est-ce que vous avez deux minutes ?

Oui, bien sûr. J’en ai 5. Après, je dois partir.

J’interviewe des personnes au sujet de ce quartier, pour connaître leurs impressions. En vous voyant à l’arrêt ici, j’ai eu envie de vous demander les vôtres.

J’ai 33 ans et je suis chauffeur de tram depuis déjà 13 ans. Je passe ici une fois par semaine. Ça me plaît, la vue est belle ici. Mais autrement, il y a mieux tout de même. Parce qu’il y a trop de voitures ici. Prenez Grand-Bigard, c’est plus la campagne ou Tervuren, ce sont des endroits plus relaxants. Et les gens ? Les gens sont sympas ici, et polis aussi, et ça, ça devient rare, c’est dommage. Et puis, vous savez, on dit toujours que si vous voulez cartonner votre voiture, il faut venir à Montgomery, vous pouvez être sûr que quelqu’un va vous rentrer dedans…

Les 5 minutes sont écoulées. Je descends du tram. Et je reprends mon tour. Bien décidée à pousser une nouvelle porte. Cette fois, je rentre dans un hôtel qui propose des appartements meublés. La dame à la réception est ravie de pouvoir discuter. Je n’ai pas besoin de poser une seule question.

J’aime beaucoup la fontaine, qui est magnifique et qui en été, permet aux gens de se détendre. Je vais manger mon sandwich à midi dans le petit parc à côté, c’est très agréable. Ce que je reproche à 100% ce sont les voitures, c’est infernal. Pour les clients de l’hôtel, c’est pareil. Il y a beaucoup de jeunes qui font des pétarades avec leurs motos. Par contre, le quartier est très agréable, c’est plein de magasins. Vous avez la rue des Tongres avec ses boutiques, ses galeries. La balade en direct jusqu’au parc de Woluwé, que je fais parfois le midi. Mais Montgomery, c’est plutôt un quartier de bureaux et d’immeubles, et surtout des hommes d’affaires. Les personnes qui louent, vous ne les voyez jamais. Quand je me balade dans le quartier, à part les gens de la rue des Tongres et derrière du côté de Linthout, je ne vois personne. Par contre, c’est un excellent endroit : une charnière métro vers le Heysel et de l’autre côté vers le centre. Les gens viennent aussi se balader ici, voir le musée. C’est un trajet qu’ils font souvent à pied. J’ai des clients ici qui descendent même à pied au Marché commun et d’autres qui font l’avenue de Tervuren jusqu’au parc de Woluwé. He oui, il y a pas mal de joggers ici. Le quartier est très agréable à ce niveau-là. A part les voitures. Il y a beaucoup de restaurants, c’est sympa. Ici, à côté, je ne vais pas faire de pub, je ne vais pas dire le nom, mais l’ambiance est très chaleureuse. Tout le temps plein de monde, un peu artiste, vous y rencontrez des hommes d’affaires, ce sont des gens très cool. Des jeunes, des vieux, c’est très hétéroclite, très sympathique. Personnellement, j’aime bien travailler ici, c’est pratique, c’est sécurisant. Pas de vols, pas de braquages. C’est un quartier très calme, sauf la nuit.

Et elle part d’un grand rire, parce que les voitures ici, le soir, pardon hein !
Le téléphone sonne (par chance, il est resté silencieux, le temps de notre petit entretien). Je lui dis vite au revoir, et je sors.
Je me dirige au soleil, du côté du Collège Saint-Michel. Une nuée d’étudiants vient vers moi. Ceux-ci ont l’air d’avoir le temps, ils sortent des cours. Je m’adresse aux trois premiers. Immédiatement, le reste accourt et s’assemble autour de moi. Ils sont une bonne quinzaine. Ravis d’être interviewés. Ils se regardent et sans attendre, l’un d’entre eux prend la parole.

Je m’appelle Alexandre, j’ai 16 ans, heu, 17 ans. (éclat de rire général). Ça commence bien ! Oui, euh, ici c’est sympa, mais en fait, de l’autre côté de Saint-Michel c’est bien plus beau, il y a de belles villas etc. Bien voilà, je laisse parler Eric.

Eric prend la pose et la parole…

Je trouve que le quartier est quand même fort marqué par l’imposante présence du Collège Saint-Michel, dont nous pouvons être relativement fiers. C’est vrai que, quand il n’y avait que Saint-Michel, au début, tout autour c’était des champs. La mémoire du quartier, c’est le Collège Saint-Michel. Je rigole, mais attention, Alexandre a bien raison, c’est vrai, c’est très beau. En été, le soir, quand il y a la fontaine et qu’on arrive ici pour se balader, il y a vraiment une ambiance particulière, propre à ici.

Et vous viendriez habiter ici ?

Là, les réponses se bousculent. Ha non. Non, pas du tout. Alors là, vraiment pas.
Puis, Eric : Avec plaisir, mais pas sur le boulevard, plutôt derrière.
Alexandre explique : A 100, 200 m par là, il y a vraiment un très beau coin, assez sympa. En plus, on est assez proches de Montgomery, c’est vraiment facile d’accès.
Eric l’interrompt : Aujourd’hui, on parle beaucoup d’écologie et tout. Et si on ne veut pas rouler en voiture, si on habite ici, on peut tout faire. Une station de trams, une station de métro, on peut aller partout. Il y a même des bus. Et il y a même un supermarché là-bas plus loin, on peut y aller à pied, on prend un peu l’air. Et là en face, un petit parc pour promener son chien.
Un autre jeune s’en mêle : Je trouve que ce n’est pas un beau quartier. Du côté de Thieffry, Boileau surtout, ce n’est pas spécialement beau. Bon, il y a des parcs mais je ne sais pas, ça n’a aucun charme en fait. C’est un peu un mélange de vieux bâtiments et d’hôtels de maître.
Eric : Oui bien sûr, mais ça c’est tout Bruxelles. On peut parler de la beauté d’un quartier sans qu’il ne soit beau. Quand il y a des arbres et de la verdure, ça change tout de même.
Alexandre reprend la parole : C’est vrai qu’on a un parc, mais c’est plus un mythe pour nous parce que c’est notre parc.
Eric remarque : Mais bon, on est à 2 minutes des étangs Mellaerts ! Et là, c’est beau.
Les autres, en chœur : Oui, ça c’est clair.

La classe math 8 sciences 6 s’en va. Je décide d’aller là-derrière, là où c’est plus beau. Je prends la rue du Collège Saint-Michel. Sur un coin, le Schievelavabo, un restaurant. C’est fermé, les deux jeunes serveuses font les comptes mais elles sont toutes disposées à me parler.

Nous, on a des gens des bureaux. Des Anglais, des Finlandais, des Américains. Les gens du quartier ? Il n’y en a pas des masses.

L’une des deux pose les questions avec insistance.

Où sont les gens du quartier ? Où habitent-ils ? Que font-ils ? C’est apparemment un quartier résidentiel ou de passage. Les gens d’ici, ils viennent manger le soir surtout. Les autres habitent ici parce qu’ils travaillent ici, mais ils ne sont pas d’ici. Ils travaillent à la Commission européenne ou au Parlement ou à l’Otan. On a un peu de tout.

Je les laisse à leurs comptes et je continue en direction de l’avenue de Tervuren. Un jeune homme me croise, il avance d’un pas rapide. Je l’aborde. Il répond de suite.

Ik ben Bart, ik ben 25 jaar. Ik kom momenteel Japanse les volgen in Berlitz. Eigenlijk ken ik deze wijk maar sinds één maand. Ik ken Brussel eigenlijk niet zo goed omdat ik van Leuven kom en ik ben daar opgegroeid, aan die kant, Leuven, Aarschot. We kwamen nooit naar Brussel. En... Montgomery... ja, het is moeilijk. Moeilijk door het verkeer, moeilijk om te parkeren. Je moet het gewoon worden. Het is nu misschien de 15de keer, op ongeveer een maand en half, dat ik hier kom. Eenmaal als je het weet, dan is het ok. Maar o nee, ik zou hier niet willen wonen. Ik kom dan ook meer van het platteland, en hier zijn er alleen maar flatgebouwen en dat is niet echt mijn ding. Ik wil meer een alleenstaand huis, met een klein tuintje, zoiets.

En de mensen hier?

(lacht) Ik moet zeggen, ik heb hier weinig mensen gezien. Ik parkeer de auto, dan wandel ik vijf minuten naar hier en eigenlijk heb ik niet veel mensen gezien. Ja, een paar keer de werkmensen hier, op de hoek, die aan het werken waren, maar meer eigenlijk niet.

Zijn les begint zo. Hij stormt Berlitz binnen.
Je continue dans l’avenue de Tervuren, où le bruit des voitures est constant.
De retour au rond-point, un monsieur s’apprête à traverser en même temps que moi. Lui aussi, est content de me parler.

Oh, tous les vieux arbres, c’est bon. Les voitures ne me dérangent pas, elles doivent tout de même circuler. Seulement, le jet d’eau, il aurait dû être construit de façon un peu plus esthétique, avec plus de fleurs autour. Et la verdure, au centre du rond-point, n’est pas bien placée, parce que les voitures doivent circuler autour. J’aurais préféré plus de rosiers. Parce que pendant l’été, les fleurs, ça donne une autre ambiance. Il faudrait que ça ressemble un peu plus à certaines villes anglaises. Je pourrais citer d’autres pays mais l’Angleterre n’est pas loin. Les Anglais ont soin de la nature. Ici, on pourrait ajouter des rosiers. Rendre le jet d’eau un peu …

Interviews, Anne Vanderchueren



Montgomery

Als een kaart in Braille en een rug van fonteinen,
als een schaduw die opfladdert achter een smeedijzeren rozet,
als een art nouveau droom achter een hoge omheining,
waarover de twist tussen erfgenamen nog niet werd beslecht,
is al wat hier mooi is. En in steen gevat
staan witte heide en buxus, pluimen gras.

*

Bladeren knerpen bij de metro-ingang.
Hun lijden kennen de oude meesters al lang.
Van het ondergronds heen-en-weergerij trilt de aarde
en knarsen de eurocraten in hun slaap.

De zon gaat roos op, Kongo’s weer zindert na,
de aanhoudende ernst van Europa.
Lichte gevallen worden met muziek genezen.
But life is passing by, but life goes elsewhere.

*

Als het je niet koud laat waar je zit:
hier heerst importantie en slaapt het bezit.
Iedereen gaat voorbij. Eet je ei rauw
(de waarheid smaakt hier naar rauwe eieren)
en, voorbijganger, kijk uit, want je betaalt je blauw:
the sleep, the office and the passing by.

Zonder over de wereld of zijn te zwakke vleugels te klagen,
zou Icarus hier neerstorten. Niemand zou hem vragen
naar zijn mythe of paspoort. Vallen
is hier nog altijd de gewoonte van bladeren, druppels, machten
en fietsers. Niet meer dan twee benen
met de haarfijne nauwkeurigheid van Vlaamse penselen
geschilderd, is hij, ben jij:

Een bibliotheek van kaften, een park van haastig voorbijgaan,
een school voor kinderen van de weg, de zee, het circus,
een statige kerk beenkleurig naar de hemel reikend,
een schooier van een generaal in een stenen uniform,
een roerend bordes naar een Immobilière,
een rondpunt en een twaalfsterrenhotel,
een huis met sgraffiti voor voorbijrijdende wagens,
imperiale breedte en parades van ambassades
met in hun schild de woorden passing by.


Agnieszka Kuciak




Schilderijen parcours des peintures




The telephone call
Easy Living
Legerlaan 20
Av. de l’Armée 20

Montgomery Square
Antiquités-Brocante
Gille – Stiernet
Legerlaan 27
Av. de l’Armée 27


Showcase
privé woning
maison privée
Legerlaan 29
Av. de l’Armée 29


Foodshop
Axelle Van der Kinderen
Legerlaan 37-39
Av. de l’Armée 37-39

Easy living
La fleur d’orange
Rue des Aduatiques 85

Slow Motion
Courtier et Assurances
Legerlaan 107
Av. de l’Armée 10

Brussel 6 PM
Courtier et Assurances
Legerlaan 107
Av. de l’Armée 107

Metro Brussel

Contrast Image
Legerlaan 98
Av. de l’Armée 98

The embassy
La Corbielle
Bollandistenstraat 59
Rue des Bollandistes 59

Rotation
Snack St. Michel
St. Michielscollegestraat 2
Rue du Collège St. Michel

Entry
CGGZ Brussel Oost
R. Vandendriesschelaan 11
Av. R. Vandendriessche 11


High Speed
Apotheek/Farmacie Sorel
P.E. Devroyestraat 68
Rue Père E. Devroye 68


Polyphonic
School/école
P.E. Devroyestraat 29
Rue Père E. Devroye 29

Reactie: teamworkprojects@telenet.be

Links: www.weidenbaum.be

www.versbrussel.be

Vanaf 15 maart worden de werken samen tentoongesteld in GC De Maalbeek,
A partir du 15 mars les oeuvres seront exposées au GC De Maalbeek
Hoornstraat, 97, rue du Cornet 1040 Etterbeek.

Meer info – Plus d’info 02 734 84 43 - 02 627 27 32

disclaimer :

All works, and images are copyrighted by P. WeidenbaumThese images are for viewing purposes only. It is illegal to reproduce or Distribute any of the images in any way. If you are interested in the Publication or use of an image please contact Peter Weidenbaum.Enjoy your visit.